Mes chroniques·Roman

La Pythie de Mélanie Chappuis

03548ae8-56ef-485d-933a-8e56460ad6a7

Le résumé:

« A l’âge de 22 ans, dans les bras de Jérôme, Adèle Meurice entrevoit les circonstances exactes de l’accident : son amour est renversé par une voiture et meurt dans l’ambulance. La prophétie se réalise point par point. Dévastée par cette prémonition, Adèle a ensuite à plusieurs reprises la confirmation qu’elle possède le don d’entrevoir le pire dans des circonstances extatiques. Pourquoi l’orgasme lui montre-t-il l’autre dans son dernier instant ? D’où vient cette malédiction ? Une quête identitaire autour du plaisir, de la mémoire et de la transmission. »

Ma chronique:

« La Pythie » est le dernier roman de Mélanie Chappuis publié aux éditions Slatkine et Compagnie en octobre dernier. J’avais découvert l’auteure avec « Ô vous, sœurs humaines », un recueil qui comptait quarante portraits de femmes ( https://ladybookss.wordpress.com/2017/12/01/o-vous-soeurs-humaines-de-melanie-chappuis) et qui était une magnifique ode aux femmes. Aussi, lorsque Mélanie Chappuis m’a proposé de m’envoyer son nouvel ouvrage, j’ai tout de suite accepté. Je la remercie une nouvelle fois pour cette réception ☺️

Adèle a dix ans et est fille unique. Pour s’occuper, la petite fille aime inventer des histoires et imaginer comment sera sa vie future. C’est certain, Adèle sera mariée et aura un garçon et une fille. Elle sera ethnologue, un peu comme Lara Croft, ou psychologue. Pour l’instant, la petite fille aime se déguiser avec les vêtements de sa grand-mère, son abuela, comme Adèle aime le dire. Au détriment de sa mère, Marisa, qui souhaite par-dessus tout échapper à ses origines. Adèle l’a décidé lorsqu’elle avait dix ans, c’est à sa grand-mère qu’elle ressemblera! Tout au long de ce roman, nous allons suivre Adèle pendant son enfance, son adolescence et sa vie d’adulte.Les rêves et espoirs de la petite fille seront-ils devenus réalité? Ou le destin s’en sera-t-il  mêlé pour offrir à Adèle une toute autre destinée?

Ce récit narre la quête identitaire d’une jeune femme qui se cherche. Enfant, comme toutes les petites filles de son âge, Adèle a des certitudes: le mariage, les enfants; elle sera une femme parfaite. Elle prend exemple sur les deux femmes de sa vie: sa mère et sa grand-mère. Bien que de la même famille, de la même lignée, tout pourtant oppose les deux femmes. Car si l’une cultive et revendique ses origines chiliennes, l’autre souhaite rompre avec cette culture, quitte à la renier. Adèle, passionnée par les bijoux de sa grand-mère et par cet exotisme, décide très vite de ressembler à cette grand-mère qui aime tant parler du Chili. Puis à l’âge de seize ans, alors qu’elle devient femme, l’annonce de sa stérilité la brise. Ses rêves de petite fille deviennent irréalisables. Si Adèle ne peut pas devenir mère, comment va-t-elle se réaliser? A partir de cette annonce, la vie de la jeune fille va basculer, Adèle ne saura plus qui elle est vraiment et surtout qui elle sera.

Parallèlement à cette quête identitaire se dessine une quête mystique. Telle la Pythie qui délivre ses oracles en état de transe, Adèle prédit aussi l’avenir, enfin plutôt la mort. Comme la Pythie également, Adèle a ses visions lorsqu’elle est en transe mais dans une transe charnelle. Adèle a des orgasmes annonciateurs de mort. Il ne lui manquait plus que cela, le réel chavire un peu plus, Adèle est perdue. Comment appréhender ce qui lui arrive? Si dans un premier temps Adèle décide de ne plus jamais faire l’amour pour se protéger de tout ça tout autant que ses amants d’ailleurs, elle se demande si finalement cette malédiction ne serait pas un don, celui de pouvoir changer la destinée de ses amants? Lorsqu’elle annonce à l’un d’entre eux ce qu’elle a vu, ce dernier se met en rage et l’insulte…Encore une fois, Adèle est mise à part.

Adèle est-elle une sorcière? Une voyante? Pourquoi a-t-elle ces visions? Pourquoi Adèle n’est-elle pas comme tout le monde? Qu’a-t-elle fait pour être punie ainsi? Au delà de tous ces questionnements, une chose est certaine; Adèle est une femme plurielle, comme nous toutes, riche de ses origines, de ses rencontres, de son parcours. De l’extraordinaire dans de l’ordinaire. Adèle est à mi-chemin entre deux cultures, passeuse qui fait le lien entre le passé, le présent et l’avenir. La jeune femme est en marge par son don/malédiction et ne s’inscrit pas dans la « normalité », elle reste dans cet entre-deux. Pour s’épanouir, elle devra sortir de cet état et chercher à comprendre qui elle est vraiment et renouer avec ses origines.

Je conseille?

J’ai retrouvé dans ce roman tout ce qui m’avait déjà plu dans « Ô vous, sœurs humaines ». La plume de Mélanie Chappuis est toujours aussi fine et délicate et l’analyse de la psychologie féminine toujours aussi précise. J’ai aimé l’évolution de cette histoire qui m’a portée vers de lointaines contrées avec cette ambivalence entre réel et mystique. Ce récit a été envoûtant. Je ne m’attendais pas à la tournure qu’a pris le récit mais cette évolution m’a captivée. Un roman à découvrir.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s